3 questions à Allain Bougrain-Dubourg

Article
Par Jean-Renaud Aébi
9 octobre 2017
0 commentaire
Allain Bougrain-Dubourg 05oct2017 (10ter)
Allain Bougrain-Dubourg, journaliste, réalisateur de documentaires et président de la Ligue pour la protection des oiseaux qui a écrit de nombreux ouvrages (le dernier en date étant « Il faut continuer de marcher » édité chez La Martinière) était de passage à Saint-Malo cette semaine. Nous l’avons contacté pour lui poser quelques questions auquel il a eu la gentillesse de répondre.

CAM : Vous avez débuté cet été en Bretagne le tournage d’un film d’animation « Octave & Zoé ». A qui s’adresse cette production, et quel en est le sujet ?

ABD : Ces deux personnage sont une crevette et une seiche (créés en animation 3D) que nous intégrons dans des images réelles faisant office de décors et qui vont connaître une multitude d’aventures. Leur parcours, qui les conduira jusqu’en Arctique, donne l’occasion de souligner la singularité des océans mais aussi leur fragilité. Ce film s’adressera à un public familial qui apprécie la pédagogie récréative.

 
CAM : Il y a un nouveau ministre emblématique, celui de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. Quels sont vos rapports avec lui et quelles sont vos attentes ou vos espoirs en ce qui concerne la protection animal ?

 
ABD : nous sommes très proches depuis bien longtemps et j’ai beaucoup de respect pour son engagement dans un combat commun. En acceptant le poste de Ministre d’Etat, il sacrifie son confort pour servir l’intérêt général. Il n’avait pas besoin de reconnaissance, son implication est donc d’autant plus remarquable. Reste à savoir si il pourra surmonter les pressions multiples et les lobbies de tous poils … C’est pas gagné ! Concernant la protection animale, il a annoncé la création d’un groupe de travail. J’attends de voir…

 

CAM : Le journal Le Monde a fait sa une le 5 octobre sur les « Monsanto papers » qui décrit la puissance du lobby du fabricant utilisant le glyphosate. On connaît les dégâts, au delà de la toxicité pour l’homme, sur la nature la flore et la faune. La LPO dont vous êtes président s’est mobilisé sur ce sujet. Avez-vous bon espoir qu’il soit un jour interdit en France et en Europe ?

 
ABD : bien sûr, ces produits toxiques appartiendront un jour au passé. De même que le DDT, largement utilisé dans les années 70 et qui fait encore aujourd’hui froid dans le dos a fini par être interdit. Mais c’est la question du « quand » qui est posée. Et il y a urgence. Quoi qu’il en soit, la disparition de ces produits sonnera le glas d’une agriculture d’un autre temps. Il faut inventer une nouvelle manière de produire, c’est le sens des états généraux de l’alimentation qui laissent à espérer une véritable transition agricole et alimentaire.

Depuis début septembre, Allain Bougrain-Dubourg a une chronique dans l’émission de Wendy Bouchard, le samedi à 7h40 sur Europe1.
Remerciements à Nature Productions.

Jean-Renaud Aébi

Président du Cercle des Actifs Malouins.

Laisser un commentaire