Le berger qui veut « retaper la France »

Article
Par Pierre Lemarié
9 janvier 2017
0 commentaire
Jean Lassalle 2

« Comme un berger il fera paître son troupeau. De son bras il rassemblera les agneaux ; et sur son sein il les portera » Ésaïe 40:11.

Le 15 décembre dernier, Jean Lassale, député des Pyrénées-Atlantiques et candidat à l’élection présidentielle, est venu à Saint-Malo pour participer à une conférence sur la disparition des services publics et des commerces de proximité l’occasion pour lui de présenter son ouvrage Un berger à l’Élysée.

Dans cet essai, il explique avoir pris la mesure du désarroi d’une grande partie de la population frappée par les politiques néolibérales. Il nous rappelle alors sa traversée à pied de la France en 2013 et une interrogation qui l’a tenaillé durant son parcours : aura t-il l’opportunité de devenir à son tour président afin de « retaper la France » ?

Dans ce livre qui sent bon le terroir, s’entremêlent souvenirs, rencontres, descriptions et constats sur la situation de la France dans un style poétique et à la portée de tous, à son image d’homme atypique. « Le trublion de l’hémicycle est un ovni dans l’univers politique: il ne trimbale ni casserole, ni emplois fictifs, ni compte caché dans un paradis fiscal. Physiquement, le député des Pyrénées-Atlantiques a le gabarit d’une armoire à glace, un visage marqué, un nez fort. Sa voix est puissante à faire trembler les murs, bien qu’il s’en serve principalement pour chanter. Il ne ressemble à personne du sérail et n’a pas non plus d’étiquette politique depuis qu’il a claqué la porte du MoDem » écrit Noémie Halioua dans Le Huffington Post.

Un regard lucide sur la société

Dans cet essai il dénonce la financiarisation du monde, la perte de la place de l’homme, la domination croissante de la technique, la globalisation, l’économie spéculative, bref, tout ce qui broie l’homme.
On notera les excellents passages où il critique le dogme écologique qui selon lui réunit les intérêts de l’ONU, de l’Union européenne, d’ONGs, de multinationales et des médias qui « diffusent une doctrine simple mais absurde : le capitalisme tel qu’il est, mondialisé et financiarisé pourrait devenir vert. » En effet, c’est le capitalisme, qu’il définit comme « l’extension infinie de la sphère marchande, la dépossession des communautés locales, la concentration des pouvoirs aux mains des multinationales … », qui est à borner.
D’ailleurs, il défend très justement un État fort qui selon lui « dispose de beaucoup d’armes pour forcer les investisseurs purement financiers à partager le pouvoir qu’ils détiennent aujourd’hui ». L’arsenal cité est bien fourni : règlements, impôts, investissements, subventions, nationalisations.

Un livre « mise en bouche », en attendant un programme concret.

Cependant, il tombe parfois dans la facilité comme sur la question du nucléaire ou de l’éducation. Il écrit : « c’est l’indépendance de l’esprit qui fait l’intelligence et la culture ». Un mythe moderne ! En effet, c’est la connaissance qui rend libre. Aiguiser des esprits vides ne donnera qu’une intelligence factice et sans substance.

Au final nous avons un sentiment d’inachevé. Mais de l’aveu même de son auteur, c’est une mise-en bouche qui prendra encore plus de sens à la lecture d’un second livre, programmatique cette fois-ci.

978-2-7291-2286-7

Jean Lassalle n’est pas un candidat à la Présidence de la République comme les autres. Il parle vrai. Voilà qui est difficilement pardonnable ! Et il met en pratique les idées qu’il défend. C’est la raison pour laquelle il gêne tant. L’extrême pauvreté, il connaît. L’endurance, il connaît aussi : une grève de la faim de 39 jours et un tour de France à pied de 5 000 km. Son programme : réinstaurer la démocratie dans toutes les institutions et les élections. C’est un montagnard qui a longuement mûri son projet de redonner une voix à la France. Jean Lassalle dénonce le système maléfique qui met à la tête de l’État des hommes et des femmes dont l’impuissance acceptée abandonne la France à un affaissement contre lequel il appelle à se mobiliser, enfin consulté et rassemblé, le peuple souverain. Éditions de la Différence – 27 octobre 2016 – 176p. – 9,90€

Pierre Lemarié

Pierre Lemarié

Membre du Cercle des Actifs Malouins.

Laisser un commentaire