Deux heures de débat, pour quel résultat ?

Article
Par Pierre Lemarié
26 novembre 2017
1 commentaire
DSC_0832

Le 14 juin 2017, Claude Renoult, maire de Saint-Malo, a surpris les Malouins en dévoilant le projet de construction d’une tour de 17 étages (55 m) près de la gare. Vu les réactions des habitants de la cité corsaire, notre association a immédiatement réclamé un débat public. Pour appuyer notre demande, nous avons lancé une pétition qui totalise aujourd’hui près de 3 000 signatures !

Cinq mois plus tard, notre détermination a payé puisque la municipalité a organisé une réunion publique le 24 novembre 2017. L’édile malouin invitait ses concitoyens « à venir à cette rencontre qui, d’une part est sous-tendue par notre projet politique de redressement de la démographie malouine et, d’autre part doit permettre un débat, que j’espère serein, sur l’évolution nécessaire des formes urbaines. » Preuve de l’attente de la population, 500 personnes se sont précipitées au théâtre de Saint-Servan. Voici un compte-rendu de cette réunion.

 

Le Sémpahore, tour ou immeuble ?

Comme le révélait Ouest-France, ce projet abritera diverses activités : 740 m2 de commerces au rez-de-chaussée, avec au-dessus, deux étages consacrés aux activités tertiaires, à des bureaux, des espaces de co-working et à une micro-crèche. Une deuxième partie comprend trois étages d’appartements, surmontés d’un grand jardin. Et enfin, encore au-dessus, 10 étages de logements. Un grand parking sera construit en sous-sol et en surface, sous les huit petites maisons en duplex qui seront construites à l’arrière de l’immeuble.

 

Dans son introduction Claude Renoult a rappelé : « depuis 15 ans la démographie malouine ne cesse de diminuer ». Selon lui, cette nouvelle construction va venir enrayer la spirale négative et parachever la gare de Saint-Malo, nouveau centre-ville.

Christian Devillers, architecte urbaniste qui a collaboré au projet, a prolongé les dires du maire en affirmant que le quartier de la gare n’était pas terminé. L’ilot 9 sur lequel s’élèvera le sémaphore est la dernière pierre de ce projet d’ensemble. Il s’inscrit dans une recherche d’attractivité et donnera à Saint-Malo une image moderne et ouverte sur le monde. Ces provocations ont été accompagnées de huées dans la salle. Par exemple, il a affirmé sans gêne : « Il ne s’agit pas d’une tour mais d’un immeuble ». Juridiquement c’est vrai. A quelques centimètres près, le sémaphore n’est qu’un immeuble de Grande Hauteur (IGH). Mais, jouer sur les mots n’a pas plus au public. Tour ou immeuble, peu importe, ce qui dérange ce n’est pas la dénomination mais la taille !

Patrick Charpy, adjoint au maire de la ville de Saint-Malo en charge de l’urbanisme, est revenu sur l’achat des 2 400m2, acquis en 2012 à la SNCF pour un montant de 1,3 million d’euros. Il est également revenu sur l’appel à projet « innovant » et la procédure qui suit. La commission urbanisme a reçu les projets de 8 promoteurs. Celui de Lamotte-Sacib a été retenu à l’unanimité par un jury composé d’élus. Il est également revenu sur le cahier des charges : la ville souhaitait un projet emblématique, qui ramène de la vie dans le quartier à travers une « mixité fonctionnelle » (mélange de logements et de commerces).

Le projet va rapporter 4,4 millions d’euros (qui iront principalement dans le remboursement de l’emprunt pour l’achat du terrain). 1,7 million d’euros vont être réinvestis dans le quartier. Enfin il a précisé que l’enquête publique se déroulera à l’automne.

Pour terminer, Maxime Le Trionnaire et Mathieu Laporte, architectes du projet ont pris la parole : « nous avons souhaité dématérialiser le bâtiment ». Selon eux, le bâtiment sera construit avec des matériaux simples mais qui dureront dans le temps.

 

Quand le public s’exprime

A la suite des nombreuses questions de la salle, la mairie a assuré aux riverains que le bâtiment ne ferait pas d’ombre sur les zones environnantes. Par ailleurs, elle ne compte pas montrer les autres projets. Le maire de Saint-Malo a quand même affirmé que les autres projets avaient la même hauteur et que le choix s’est porté sur le projet le plus élancé et le plus fin. Notons que les architectes ont confirmé que pour le moment aucune étude n’a été menée en soufflerie.

« Ce n’est pas parce que ce projet est emblématique qu’il est bon » a lancé un malouin. Un autre s’adressant directement au maire : « ce n’était pas dans votre programme, ni dans le Plan Urbain Stratégique (PUS)». Oubliant de répondre à la première interrogation, Claude Renoult a expliqué qu’il était dans le PUS mais a reconnu qu’aucune indication sur la volumétrie n’était indiquée.

Notons au passage que l’ilot 9 n’est pas dans une zone soumise à l’avis des architectes des bâtiments de France.

Une porte ouverte sur d’autres tours ?

Le maire a été clair : aucune autre tour n’est en projet mais, il ne garantit pas qu’à l’avenir d’autres constructions de cette taille ne voient pas le jour. Il en a profité pour clore un débat : il n’y aura pas de référendum ! Cela ne figurait pas dans son programme (comme la construction du sémaphore) et donc il refuse catégoriquement de demander l’avis aux habitants.

Incapable de répondre sur le coût du m², les personnes présentes sur la scène ont certifié que cette construction profitera à des jeunes accédant et des familles. Il est à craindre que de nombreux logements soient des résidences secondaires. Pour Patrick Charpy, le nombre ne devrait pas excéder 14% (moyenne constatée pour le logement neuf à Saint-Malo).

 

Les anciens contre les modernes

En conclusion le maire a voulu livrer « son sentiment ». Selon lui, deux écoles se font face, les anciens autrement dit ceux qui ne veulent pas du changement, des citoyens figés dans le passé et les modernes, ceux qui sont favorables à la construction d’une tour, qui sont ouverts au monde. Avec des références à l’histoire malouine il a conclu que chaque génération devait faire évoluer la ville. Nous avons envie de lui rétorquer qu’il est le garant du bien-vivre des générations futures et que cette tour n’en prends pas le chemin.

Article à suivre …

Pierre Lemarié

Pierre Lemarié

Membre du Cercle des Actifs Malouins.

1 pensée sur “Deux heures de débat, pour quel résultat ?”
  1. Il suffit de constater la nature des réactions pour comprendre que la tour n’est pas un projet architectural mais un point de fixation politique prétexte et facile pour les opposants .
    En matière d’architecture la ville de Saint Malo a face au libéralisme des années 70 réglementée l’architecture en imposant un style néo balnéaire dans les zones de protection sur l’autorité de l’architecte des bâtiments de France , les services de l’urbanisme de la ville ont étendu ce style à toute la ville privant la Ville d’une démarche de recherche architecturale nouvelle, et faisant perdre aux architectes leur capacité d’innover tout comme au malouin d’intégrer la modernité , des villes comme Bruges au potentiel hautement historique ont réussi cette symbiose entre patrimoine et modernisme.
    L’architecture balnéaire c’est une architecture de front de mer qui n’a pas sa justification dans les zones éloignées et sur toute la surface de la ville .

    vous dites
    «  » » » »Notons au passage que l’ilot 9 n’est pas dans une zone soumise à l’avis des architectes des bâtiments de France. » » » » » » » »

    il est étonnant de presque regretter l’avis de l’ ABF alors que souvent l’avis de l’ABF était perçu par beaucoup de malouins comme une contrainte portant atteinte à la liberté de construire.

    Vous dites que c’est la taille qui pose problème . pourtant la taille de cet immeuble sera bien moins massive que les 2 barres encadrant la grande passerelle et que la configuration en tour permet outre un économie de matière, d’offrir aux occupants plus de possibilité d’avoir des logements à double exposition que dans le système barre. c’est d’ailleurs les principaux motifs qui font revenir le système constructif en tour car c’est celui qui est à même de répondre aux contraintes économiques énergétiques tout en limitant la charge foncière.
    On perçoit dans votre intervention une volonté de politiser un débat en ajoutant des arguments spécieux pour souffler par populisme dans le sens de la vox populis.

Laisser un commentaire