Madeleine de Jessey : « Fillon est le plus rural et le plus local des candidats »

Article
Par Jean-Renaud Aébi
15 mars 2017
0 commentaire
DSC_0012 ter

Le Cercle des Actifs Malouins a rencontré, lors de son déplacement en Bretagne, Madeleine de Jessey, co-fondatrice de Sens Commun, et responsable dans l’équipe de François Fillon de « la France Silencieuse ».

L’occasion d’aborder avec elle l’élection présidentielle, le programme de François Fillon, et les prochaines législatives.

Cercle des Actifs Malouins : Pouvez-vous nous dire en quelques mots ce qu’est « le Comité de la France Silencieuse » que vous présentez ce soir à Bédée ? et quel rôle joue-t-il dans l’élection présidentielle ?

Madeleine de Jessey : La France Silencieuse avec François Fillon a à cœur de porter toutes les problématiques de la France rurale et péri-urbaine ce qu’on appelle la France périphérique, qui a le sentiment aujourd’hui d’être la grande oubliée des politiques publiques, des politiques en général et des médias. L’idée, c’est de leur dire qu’aujourd’hui, François Fillon est le plus rural et le plus local des candidats à cette présidentielle, et il a pour nos territoires, des mesures fortes, des mesures réalistes, qui viennent répondre à cette attente des Français de ces territoires péri-urbains et ruraux, qui ont parfois l’impression que l’on ne s’occupe plus d’eux.

Il s’agissait ce soir de parler de couverture numérique pour ces territoires, d’incitations et d’encouragements aux petits commerces, de garantir un meilleur accès aux services, en somme, de développer tout le potentiel de ces territoires qui sont de véritables mines et qui attendent d’être encouragés, d’être valorisés et reconnus dans leur spécificité et tout ce qu’ils peuvent apporter à la France.

CAM : Vous êtes co-fondatrice de Sens Commun, mouvement qui soutien avec force François Fillon. Ne pensez-vous pas que s’il est attaqué si violement en ce moment, c’est justement pour son programme sociétal, conservateur, que promeut Sens Commun ?

MdJ : Que Sens Commun soit aujourd’hui une bête noire et qu’on essaie d’en faire un épouvantail, c’est certain. Mais je pense que c’est, bien au-delà de la personne de François Fillon, l’ensemble de son programme qui est attaqué. Précisément parce qu’il va mettre fin à certains privilèges qui nous font vivre aux dépens des générations futures et aux privilèges d’un certain establishment qui était confortablement installé durant ces dernières années. Et là, ce n’est pas seulement son programme sociétal, mais tout son programme économique, social, familial, bref, toutes ces questions-là qui dérangent car elles sont fondées sur un diagnostic qui entend dire la vérité et qui entend mettre en œuvre des mesures de ruptures sans lesquelles on ne pourra sortir notre pays de l’impasse dans laquelle il se trouve aujourd’hui.

CAM : Après l’élection présidentielle, auront lieu les élections législatives, combien de candidats « Sens Commun » auront l’investiture des Républicains pour se présenter sur des circonscriptions dites «gagnables» ?

MdJ : Nous aurons 5 candidats Sens Commun investis par les Républicains pour les prochaines législatives ; ce qui, pour un mouvement créé il y a juste trois ans, est un bon début.

CAM : Nous avons reçu à Saint-Malo Henri Guaino qui nous a dit que Sens Commun l’avait contacté pour le soutenir avant la Primaire de la droite et du centre ; pourquoi cette collaboration ne s’est-elle pas concrétisée ?

MdJ : Effectivement, la personnalité et les idées d’Henri Guaino nous intéressaient mais son programme n’était pas assez avancé à l’époque contrairement à celui de François Fillon qui s’approchait au mieux de ce que nous souhaitions.

Interview réalisé à Bédée (35) le 14 mars 2017.

Jean-Renaud Aébi

Président du Cercle des Actifs Malouins.

Laisser un commentaire