Saint-Malo : faute d’opposition, les associations font le travail

Article
Par Pierre Lemarié
1 décembre 2017
5 commentaires
IMG_2334-1140x855

Dans la presse, Claude Renoult, Maire de Saint-Malo, vient de dresser son bilan à mi-mandat. Il le trouve parfait. C’est son droit. Mais où est l’opposition au sein du Conseil Municipal ? Comme beaucoup de malouins, nous sommes étonnés du vide laissé par la droite malouine dans l’encart du bulletin municipal réservé à l’opposition.

Une opposition divisée et absente

Est-ce que tout va si bien à Saint-Malo ? Est-ce que l’ensemble des malouins approuve la politique de la majorité ? L’absence de réaction de l’opposition laisse penser que OUI !

Tentons de comprendre les raisons de ces silences. La « gauche » est divisée entre les pro-macrons tentés par La République En Marche (LREM), les socialistes historiques et les absents. Eh oui, depuis quelques semaines certains élus de cette minorité ne donnent plus signe d’activité politique locale et brillent par leurs absences répétées lors des commissions.

Le silence de l’opposition issue de la liste de René Couanau est plus inquiétant. Après les tirs à boulet rouge du début de mandat, chaque élu semble retourné à ses occupations : député, conseiller départemental …. Il n’est pas certain que ce silence ravisse l’ancien Maire de Saint-Malo et les membres de la liste.

L’exemple de la tour Sémaphore

Cet assourdissant silence signifierait-il que chaque habitant adhère aux décisions et projets de la majorité actuelle ? Non. Actuellement ce sont les associations qui prennent le relais. Regroupant le mécontentement de certains citoyens, quelques associations malouines portent la parole de ceux qui ont été abandonnés par leurs élus. Dernier exemple en date, la réunion publique organisée par la mairie sur le projet de construction du Sémaphore. 500 citoyens réunis au Théâtre de Saint-Servan et une opposition municipale totalement absente. Les riverains, les militants, les citoyens se sont défendus seuls face à l’entêtement de la municipalité.

 Que l’on aime ou pas leurs façons d’exister, de communiquer, que l’on soit en accord ou pas avec leurs protestations nous devons reconnaître que sans ces associations dirigées par des bénévoles, le débat malouin n’existerait plus. La seule voix qui s’exprimerait serait celle de la majorité municipale. Une conception étrange de la démocratie.

Les malouins méritent mieux que ce silence. Ils méritent mieux que les calculs politiques qui animent actuellement les oppositions malouines.

Finalement, le seul qui doit se réjouir de cette situation est le Maire actuel car sans opposition politique il peut demeurer sourd au bruit de la rue ! Attention tout de même, les associations malouines seront toujours là pour lui rappeler que la démocratie s’exerce à plusieurs dans le débat et non dans le silence.

Pierre Lemarié

Pierre Lemarié

Membre du Cercle des Actifs Malouins.

5 pensées sur “Saint-Malo : faute d’opposition, les associations font le travail”
  1. je ne suis pas certain que le travail fait par Saint Malo 2,0 soit par son populisme et sa démagogie une action de vraie opposition sauf à croire que l’opposition se limite à faire du bashing très à la mode mais loi des régles républicaines

    1. Monsieur,

      Il ne s’agit pas du site de l’association que vous citez. Vos remarques et positions sont les bienvenues. C’est tout l’intérêt de notre site. Mais, peut-être que vous devriez leur dire directement.
      Pierre.

      1. Monsieur
        Je citais Saint Malo 2,0 comme un exemple
        votre titre est « faute d’oppositions, les associations font le travail »
        Je ne pense pas que les associations qui contestent aussi bien la position de la pissotière intra que la tour ou encore la forme du logo fassent le travail de l’opposition.
        Sauf à croire que vous voyiez l’opposition comme une démarche systématique de contestation de toutes les décisions municipales.
        je constate aussi bien au niveau nationale qu’au niveau local que le schéma droite /gauche a volé en éclat et déstabilise ceux qui étaient installés confortablement dans cette dualité.
        le « sémaphore » est emblématique ,
        La problématique de la ville n’est pas la forme du bâti mais bien la recherche d’un bâti permettant de corriger un dérèglement qui voit les familles d’accédants actifs migrer vers les communes périphériques .
        Je ne vois pas en quoi une opposition devrait pour exister à vos yeux contester la forme tout en sachant que c’est la cause de la migration qui doit être le principal objectif et que peut être les oppositions n’ont pas de meilleur solution à apporter.
        Le bruit actuel de la rue est orchestré par les asso qui y voient un moyen d’exister en l’entretenant ou en le favorisant mais cela reste un conglomérat disparate
        A chaque fois que je demande à ces asso quels sont leur projet de ville elles sont bien incapable de me répondre et c’est donc dans cette incapacité a formuler un projet de ville que je pense que les asso ne font pas le travail de l’opposition mais pire elles habituent le malouin à détester l’élus en le qualifiant de « idiot » incapable » vendus » pourri » etc
        non les associations malouines ne rappellent pas au maire les principes démocratiques car elles oublient que la démocratie municipale c’est une élection tous les 6 ans sur un programme et que ce ne sera jamais une minorité bruyante qui pourrait imposer des référendums pour tous les sujets .
        Ce qui me désole un peu c’est que des politiciens eux ceux réjouissent de ce basching.
        Jean yves

        1. je suis certain que vous n’avez jamais vu dans nos articles des mots comme « vendu, idiot ou incapable » pour parler de nos élus. quant à ramener des familles à ST MALO en construisant « le sémaphore » permettez moi d’en douter.
          vous avez raison une liste est élue pour 6 ans mais ce n’est pas pour celà qu elle peut se permettre de faire n’importe quoi sans consulter les habitants. (le sémaphore n’a jamais été dans le programme de Mr RENOULT)
          quant à exister si vous suivez notre actualité vous avez du constater que la contestation n’est pas (et loin de là) la priorité de notre activité. les invités que nous faisons venir à ST MALO pour débattre viennent d’horizons bien disparates tant politiquement que socialement.
          Si vous jugez que la voix des opposants doit être muselée vous devez être ravi du silence de l’opposition municipale, sinon il faut bien que quelqu’ un la porte comme nous portons aujourd’hui la votre.
          vous êtes favorable à la municipalité actuelle, trés bien ! Mais si demain celà ne vous convient plus ne serez vous pas ravi d’avoir un site comme le notre pour vous exprimez ?
          Quant au schéma gauche/droite je pense qu il n’a pas si disparu que vous semblez le croire et pour votre information aucun membre du bureau de CAM n’est encarté mais celà ne nous empêche nullement de faire de la politique en créant le débat.
          A très bientôt , je le souhaite, lors d’une de nos réunions.

          1. Je ne suis pas favorable ou défavorable à la municipalité actuelle ,mais je reste persuadé que pour conduire une municipalité il faut un temps suffisamment long pour réaliser un projet pour lequel elle a été élu et que trop de démocratie directe raccourcie serait le meilleur moyen de paralyser une ville en mettant dans les mains d’ultra minorités un pouvoir discrétionnaire alors même qu’elle n’ont aucun mandat.
            Et que dans les pages d’expression comme Saint Malo2.0 ou « osons » ou autre  »autour des Nielles on rencontre la démagogie populiste émaillées de propos « vendu, idiot ou incapable »non modérés par les organisateurs qui vous fait dire que sans ce type d’expression les malouins ne pourraient pas s’exprimer.
            J’ai testé les capacités démocratiques de ces pages « d’oppositions » qui si elle vilipende le manque de de consultation de la mairie elle manie avec autant d’ardeur la censure de tout propos critiquant leur méthode.
            Vous focalisez sur le « sémaphore » pourtant c’est en imposant dans le bâti une part de logement intermédiaire que pourra se faire dans le temps un rééquilibrage.
            Dans notre système libéral je ne vois pas beaucoup d’autre outil d’urbanisme pour corriger la dérive que nous avons connu à saint malo sur les dernières décennies qui s’est soldée par la fermeture d’un collège.
            c’est bien ce constat d’un évolution dans un temps long qui est incompatible avec un contestation dans l’instant limité à un seul objet le « sémaphore »

            Le sémaphore est implicitement dans le programme de la municipalité en étant cohérent avec la densification du bâti et sa meilleur répartition sociale , la forme vous fait ou vous sert à oublier le fond pour rester dans la critique.

            Le schéma droite /gauche a bien disparu quand depuis plusieurs présidentielles ou on voit la gauche prendre des mesures de droite et la droite des mesures de gauche pour finir par perdre toute crédibilité aux dernières présidentielles obligeant la droite ( Wauquier) comme la gauche ( mélenchon ) à se radicaliser .
            je ne suis pas plus encarté que les membres du CAM mais je pense surtout que la conception de la politique basée sur la dualité droite / gauche est dépassée et que souvent cette dualité fait oublier que la politique doit tendre vers un consensus et non d’imposer une vision droite ou gauche à l’autre camp.

Laisser un commentaire