Trump : les femmes et les hommes de l’ombre

Article
Par Michel Legueret
29 novembre 2016
0 commentaire
Gouvernement Trump 4

Élu depuis quelques semaines, Donald Trump alimente quotidiennement la polémique. Ses prises de positions, souvent outrancières, tétanisent les observateurs et paradoxalement surtout les Européens.

Mais que se passe-t-il depuis cette élection ? L’heure approche où Donald Trump communiquera son gouvernement et la plupart d’entre-nous n’en connaîtront pas les noms. Il y aura certainement une ou deux « vedettes » de la scène américaine comme Sarah Palin ou Mitt Romney, mais qui seront les vrais gouvernants ? Qui sont ces hommes et femmes de l’ombre qui auront l’attention du président américain et qui en secret dirigeront le pays ?

Tout d’abord, un petit organigramme des proches et soutiens du candidat Donald Trump.

Gouvernement Trump 1

Plusieurs noms méritent notre attention.

Les ministrables

Jeff SESSIONS est né en 1946 à Selma (Alabama), État célèbre pour le combat des « Kennedy Boys » pour les droits civiques, mais aussi pour la présence du Ku Klux Klan. Juge, il est élu plusieurs fois au Sénat américain où il passe pour un « réactionnaire » aux idées racistes. S’il est nommé ministre de la Justice, il aura sous ses ordres le F.B.I. et conduira une politique anti-immigration féroce au niveau de l’État fédéral.

Michael FLYNN, 58 ans, est un ancien lieutenant-colonel des forces spéciales américaines. Il est lié aux campagnes d’assassinats contre des leaders islamistes en Irak et en Afghanistan. Favorable à une guerre contre l’islam qu’il a lui-même comparé à « une idéologie politique », et non à une « religion », il prônera s’il obtient le poste de secrétaire à la Défense une ligne au sein de laquelle les actions militaires américaines seront dénuées de tout sentiment de pitié, et dont seul le résultat rentrera en ligne de compte. Il est favorable à un rapprochement avec la Russie.

Rudy GIULIANI, 72 ans, est l’ancien maire de New York célèbre pour la tolérance zéro contre la délinquance et la théorie « du carreau cassé ». Théorie selon laquelle en l’absence de punition d’un premier fait, d’autres faits similaires suivent. Fidèle de Donald Trump et républicain conservateur, il est certain qu’il obtiendra une place de choix dans le gouvernement.

Sarah PALIN, née le 11 février 1964 à Sandpoint (Idaho), ancien gouverneur de l’Alaska et candidate à l’élection présidentielle de 2008 comme colistière de John McCain. Égérie du Tea Party, elle prône l’armement pour tous. Proche du Front national français, elle déclare admirer Marion-Maréchal qu’elle compare à Jeanne d’Arc. Rare femme républicaine à avoir eu des responsabilités nationales, elle sera un atout pour Donald Trump dans ses rapports avec le Sénat et la Chambre des représentants.

Benjamin Solomon CARSON, né le 18 septembre 1951 à Detroit, est un homme politique et neurochirurgien américain. Il fut le premier à réussir la séparation de deux siamois reliés par la tête. En 2008, il a reçu la médaille présidentielle de la Liberté par le président George W. Bush. Après avoir fait un discours très médiatisé et virulent contre la politique de Barack Obama concernant la réforme de la sécurité sociale (Obamacare) , qu’il a comparée à la pire catastrophe depuis l’esclavage, il semble se diriger vers le secrétariat au Logement et à l’Urbanisme au détriment de celui de la Santé qu’il visait initialement.

Myron EBELL, 64 ans, est à la tête du Global Warming and International Environmental Policy au sein du Competitive Enterprise Institute (CEI), un groupe de défense des libertés basé à Washington. Climatosceptique sans être scientifique, il vient d’être nommé par Donald Trump au ministère de l’Environnement, ce qui en dit long sur l’intérêt que le président élu porte au réchauffement climatique.

Gouvernement Trump 2

Qu’est-ce que le Tea Party ?

Un petit aparté s’impose avant de continuer. Nous venons de citer le Tea Party. Quelle est donc cette organisation ?

Le Tea Party est un mouvement politique hétéroclite aux États-Unis, contestataire, de type libertarien, qui s’oppose à l’État fédéral et ses impôts.

Il émerge au début de la présidence Obama, dans le contexte de la crise économique de 2008-2010 elle-même liée à la crise financière. Le mouvement critique notamment les dépenses gouvernementales faites sous l’administration Obama, tant celles qui soutiennent le système financier et la relance économique que celles qui fondent une protection sociale commune au niveau fédéral. Réclamant une restauration de l’esprit fondateur du pays, le Tea Party emprunte à ce titre l’imagerie de la guerre d’indépendance et son nom fait référence au Tea Party de Boston, un événement historique qui a marqué les débuts de la Révolution américaine contre la monarchie britannique au XVIIIe siècle.

Le Tea Party réunit donc tous ceux qui veulent l’autonomie des États fédérés et qui sont contre l’intervention gouvernementale dans leur gestion.

Les conseillers ou « hommes de l’ombre »

Stephen BANNON, né le 27 novembre 1953, est un gestionnaire de campagne américain, un homme d’affaires et un responsable des médias. Il est devenu directeur général de la campagne présidentielle de 2016 de Donald Trump en août dernier. Bannon a été nommé stratège en chef et conseiller principal pour la présidence de Donald Trump. Il a été le président exécutif de Breitbart News, un groupe d’extrême-droite. Il aura un rapport privilégié avec le président et ses conseils seront souvent suivis.

Mike POMPEO, né le 30 décembre 1963 à Orange (Californie), est un homme politique américain, élu républicain du Kansas à la Chambre des représentants des États-Unis depuis 2011. Il vient d’être nommé directeur de la CIA, agence de renseignements. Furieusement anti-islamiste, il est contre les accords nucléaires avec l’Iran.

David Alexander CLARKE, né le 21 août 1956, est le 64e shérif du comté de Milwaukee, Wisconsin. Il est actuellement en fonction pour son quatrième mandat. Bien qu’enregistré et élu comme un démocrate dans un comté fortement démocrate, les opinions politiques de Clarke s’alignent bien avec les républicains conservateurs. Il devrait être nommé conseiller à la Sécurité intérieure, ce qui lui confère des pouvoirs sur l’ensemble des comtés où des shérifs (élus) mènent la politique anti-délinquance. Quand on connaît le nombre et l’importance de ces zones rurales ou péri-urbaines, on se doute que l’orientation de la politique répressive ne sera pas celle de la compromission et de la tolérance.

Kellyanne Elizabeth CONWAY, née Fitzpatrick le 20 janvier 1967 à Camden (New Jersey), est une conseillère politique républicaine. Elle est la directrice de campagne de Donald Trump. Un poste de conseillère proche du bureau ovale lui est réservé.

Gouvernement Trump 3

Cour suprême

Avant de clore cet exposé, il est primordial de parler de la Cour suprême des États-Unis, directrice de la politique pénale sur l’ensemble du territoire.

Elle est actuellement composée de huit juges au lieu de neuf comme normalement. Quatre ont été désignés par un président démocrate et quatre par un républicain. Le neuvième siège est vacant depuis le 13 février 2016 et le décès d’un des juges.

La nomination doit être proposée par le président des États-Unis et validée par le Sénat et la Chambre des représentants.

Depuis février, Barack Obama, minoritaire dans les deux assemblées, n’a pas pu nommer de juge. Contrairement à lui, Donald Trump et les républicains, se trouvant maintenant avec tous les pouvoirs, vont pouvoir nommer le juge de leur choix et peser durablement sur la politique pénale des États-Unis.

Voilà pour ce petit exposé qui permettra d’éclairer les choix de la prochaine administration américaine. L’investiture est en janvier 2017, et l’avenir du monde dépendra beaucoup des choix des personnes qui seront autour de Donald Trump.

À chacun de se faire son opinion…

Michel Legueret

Michel Legueret

Vice-président du Cercle des Actifs Malouins

Laisser un commentaire